Éloge de la macro ordinaire

Après de longues semaines de confinement, j’ai ressenti le besoin d’aller refaire un peu de photo. Mes prairies favorites ne sont pas loin de chez moi, mais 5/10 km, c’est déjà hors limites. J’ai donc du apprendre à découvrir les environs, mais aussi les insectes que je croise tous les jours sans leur accorder l’intérêt d’une photo

Après une première période frustrante, je dois dire que j’ai pris beaucoup de plaisir à « découvrir » ce petit monde. Pouvoir aller faire de la photo en vélo ou à pieds, quel bonheur!

Quel bonheur de se sentir observer par 8 yeux:

D’admirer les talents de funambule des punaises:

D’observer la chélidoine se sécher au soleil levant

De réveiller les diptères dans leurs lits de bouton d’or:

De regarder la Mélitée du plantain dans le fond des yeux:

De jouer à cache cache avec les cousins

D’admirer la délicatesse du coquelicot:

De courir après les papillons les plus communs

D’admirer les architectes de la nature:

De sourire devant des antennes un brin démesurées:

Ou un arrière train un brin poilu 

De jouer à inventer des abstractions florales

De fouiller dans les chardons:

Enfin bref, de souffler quoi!!

Et dans les derniers jours, retrouver un petit coin qu’on croyait perdu à cause des constructions récentes et dans lequel la nature a reprit ses droits:

Ce confinement m’aura appris pleins de choses sur ma pratique macro. Je me suis beaucoup  concentré sur les sujets ces dernières années, cherchant systématiquement les insectes les plus emblématiques, les papillons les plus beaux, les fleurs les plus rares. Finalement, comme le dirait Miss France 2015, la beauté est partout, à nous d’aller la photographier.

Je vous souhaite le meilleur pour vous-mêmes et vos proches.

8 Replies to “Éloge de la macro ordinaire”

  1. Pour une « première », c’est une sortie réussie.
    Effectivement, par définition, le monde du très petit peut être discret mais lorsque l’on cherche, on peut le trouver. Le Sphinx m’a accroché dès le début, et je suis enchanté par le coquelicot (je crois) dans la partie abstraction florale : superbe.

    A refaire pour sûr.
    Donc, à bientôt 😉
    Cédric.

    1. Merci beaucoup Cédric. Ce que tu appelles le sphinx est un Bombyle. J’aime bien ces petits insectes mais je les photographie rarement, ils bougent trop ou sont trop petits pour que j’ai la patience de les chercher quand ils dorment encore par contre pour le coquelicot, tu as raison

    1. Merci beaucoup Naïs, ravi qu’elle te plaise, j’ai essayé quelque chose de différent

  2. Waouh superbe ! J’ai fait quelques photos macro dans mon jardin, mais je n’ai pas encore le niveau ! :p
    J’adore la punaise funambule, le papillon la tête en bas à côté d’une plante pleine de petites gouttelettes, les antennes démesurées, la fleur en gros plan qui est rouge et la toute dernière photo ! 🙂

    1. Merci Anne, le jardin pendant le confinement c’est le meilleur endroit pour s’entraîner !

  3. La nature offre mille et un trésors de beautés à celui qui prend le temps de l’observer… c’est personnellement mon jeu préféré ! ;-D
    Bonne semaine Sébastien ! 🙂

    1. Et c’est un super jeu, on découvre toujours de nouvelles choses !
      Merci Céline !

Un petit mot ? Ça fait toujours plaisir !