Changer de point de vue!

…oui mais comment, et pour quoi faire? Quand on fait de la macro, la réponse est assez évidente:

Il faut tourner autour de son sujet!

Pourquoi?

Selon les éclairages et les sujets, le fait de se positionner à différents endroits va avoir beaucoup d’incidences sur la photo finale:

  • La lumière: J’ai toujours tendance à me poster de 3/4 face au soleil pour profiter de ces contre jours que j’apprécie tant. Mais sur l’exemple en dessous, la scène est à l’ombre mais le soleil matinal commence à éclairer le feuillage d’automne des arbres au fond ce qui ne manque pas d’ajouter un plus à la photo que je n’aurais pas vu sans tourner autour du sujet. En plus, ça peut changer totalement l’ambiance en donnant une fois des tons froids, une autre fois des tons chauds.
  • Le bokeh: Quand on change de position, on modifie l’arrière plan de sa photo pour y intégrer des éléments qui participeront au bokeh et pourront ainsi la sublimer
  • L’attitude du sujet: Par exemple pour cette empuse, la photo de face, alors qu’elle semble nous regarder a plus d’impact du point de vue de l’insecte
  • Les flous: Ça rejoint un peu le bokeh, mais changer de position permet d’avoir de nouveaux éléments en premier plan ou en arrière plan qui vont plus ou moins bien permettre d’isoler le sujet…

En exemple, ces trois photos de la même empuse, toutes cadrées en 3:2, à peu près à la même distance de l’insecte, sans traitement particulier sur la balance des blancs ou autres:

autour00001
De face, le bokeh derrière ainsi que l’attitude de l’empuse est intéressante
De côté, face au soleil, les contrastes sont un peu effacées, on a une ambiance globalement plus froide
De côté, face au soleil, les contrastes sont un peu effacées, on a une ambiance globalement plus froide
De l'autre côté, le soleil sur les arbres en arrière plan réchauffe la scène
De l’autre côté, le soleil sur les arbres en arrière plan réchauffe la scène

COMMENT?

Si le sujet est une fleur ou un champignon, je pense que c’est assez facile, leur mobilité étant quelque peu limitée 🙂

Par contre, sur des sujets comme les mantes, les papillons, ou autres, il faut être assez vigilant pour ne pas les effrayer:

  • Si on a le choix, il faut commencer par son angle de vue favori au cas où le sujet ait la triste idée de se faire la belle!
  • Ces photos exemples ont été prises le matin, alors que les insectes sont encore pétris de froid et pleins de rosée…et donc relativement statiques
  • Sinon, pour les libellules par exemple, je fais un TRÈS grand tour! Le tout est de le faire en fixant toujours du regard le sujet…quitte à se péter la figure (quoique ce n’est pas une très bonne idée :)). Sinon, on a de fortes chances de passer un certain temps à le retrouver…pour finir par le faire fuir en marchant quasiment dessus!

Allez, un autre exemple avec un éphémère, pour le coup, je trouve que ça donne vraiment une photo aux nuances froides et une aux tons plus chauds:autour00004autour00005

Bien sûr, pour ces exemples, j’ai juste tourné autour à la même hauteur, mais on peut aussi penser à varier les angles et la hauteur de prise de vue…bref, les possibilités sont multiples et un seul sujet peut accoucher d’une combinaison quasi infinie de photos!

Bonnes expérimentations!

 

Comment photographier une libellule en vol?

Je ne sais pas si vous vous êtes déjà essayé à cet exercice, mais avec ces as de la voltige que sont les libellules, capables de voler à plus de 90 km/h et qui s’enfuient dès qu’on les approche, on s’arrache souvent les cheveux!

Même si mon expérience en la matière est limitée, je peux déjà vous donner 2-3 conseils qui vous permettront de garder votre crâne un minimum garni! (2 photos réussies dans cet article :))

en_vol00006

« Les libellules reviennent souvent se poser sur le même support »

Une fois que vous avez repéré le support en question, placez vous à proximité et soyez patients, la libellule a de grande chances de revenir si elle s’est envolée à votre approche…c’est à ce moment qu’il faut shooter.

« Profitez des conditions climatiques: le vent, c’est bien »

Pour une fois, profitez de sortir lorsqu’il y’a du vent, les libellules vont regagner leur support le plus rapidement possible plutôt que de rester longtemps en vol et de quitter la zone dans laquelle vous êtes.

« Mise au point manuelle ! »

Et oui, l’autofocus de l’appareil risque d’avoir beaucoup de mal à se fixer sur un insecte aussi rapide…mais où faire la mise au point? On ne peut prévoir le vol de la libellule, mais on peut faire la mise au point sur le support précédemment repéré, ou légèrement décalé par rapport à celui ci.

« Autres réglages: la vitesse avant tout, et les rafales ! »

J’ai l’habitude de me mettre en priorité ouverture pour la macro, mais là, mieux vaut fixer une vitesse élevée pour éviter les flous! Si comme moi vous avez un Mode TAv (vitesse et ouverture fixés par l’utilisateur et modification des isos par le boitier pour avoir une exposition correcte), c’est encore mieux, et sinon, tout en manuel!

Pour info, j’ai utilisé une vitesse entre 1/500s et 1/1000s.

Enfin, pour avoir le plus de chances de réussir LA photo nette, déclencher en rafale est quasi obligatoire!

en_vol00007

Avec tout ces conseils, vous aurez peut être une bonne photo sur 15-20 déclenchements, ce qui est un super ratio avec les libellules!!!!

Je vous mets également les ratées, je les trouve sympa quand même 🙂 et puis ça permet de comprendre les erreurs:

La catégorie « trop tard »: la libellule est à peu prêt nette, mais ses pattes touchent déjà le support:

en_vol00002en_vol00004

La catégorie « pas dans le plan de netteté »: Libellule dans le cadre, mais pas au bon endroit par rapport à la mise au point

en_vol00003en_vol00001

Et vous, avez vous déjà tenté l’exercice? Avez vous des astuces à partager??

Avant / Après

Suite à quelques questions concernant mes techniques de prise de vue et de post production, je me décide à partager avec vous par le biais de quelques articles en commençant par un Avant / Après sur les dernières photos d’orchidées que j’ai prises.

Je ne me cache pas de retoucher mes photos, c’est de toute façon un passage obligé quand on shoote en Raw et ça n’aurait pas de sens de proposer des photos brutes de capteur. Après, je ne suis pas du genre à passer 3h sur une photo et si je trouve celle-ci médiocre après la prise de vue, je ne vais même pas essayer de l’arranger.

Passons aux exemples (l’ordre de lecture est: à gauche ou en haut = avant et à droite ou en bas = après)1Sur celle-ci, j’ai réajusté les contrastes (ils sont toujours trop faibles à la sortie du boitier), ajusté la luminosité pour faire apparaître plus de lumière en haut à droite et effacé quelques brindilles (notamment une qui gênait la vision en bas à droite). Ce dernier point m’a évité de devoir couper une orchidée pour qu’elle ne gène pas ma photo 🙂 C’est quand même mieux d’utiliser le PT pour ça!

2La retouche a consisté à augmenter les contrastes, essentiellement sur le fond. J’ai pas mal poussé sur celle là et au final, je ne l’ai pas sélectionnée, ça ne correspond pas forcément avec ce que j’ai envie de montrer, mais c’était une bonne illustration pour cet avant / après.

3De nouveau les contrastes et l’élimination des brindilles disgracieuses au bas de la photo. Pour les contrastes, j’ai fait par zones, en ajoutant plus de contrastes à l’orchidée qu’au fond pour bien la faire ressortir

4Ici, en plus du contraste, j’ai augmenté un peu (mais vraiment pas beaucoup) la saturation. J’ai encore ajusté le premier plan pour faire disparaître ces points un peu bleu et j’ai augmenté la netteté (ce que je fais toujours pour les photos postées sur internet)

5Contrastes, netteté, et j’ai fait un traitement différencié de la luminosité pour la fleur et le fond (j’ai augmenté la luminosité de la fleur qui était en contre jour et diminué la luminosité dans les tâches de lumière pour récupérer les détails)

6J’ai fait sensiblement la même chose que sur la photo précédente, le défi étant de récupérer le plus de détail pour les zone les plus lumineuses.

Voilà pour ces avant / après. Si je récapitulais les étapes de mon traitement (même si ça dépend beaucoup de la photo):

  • J’ajuste les contrastes
  • J’ajuste les luminosités par zones (j’utilise les calques dans Gimp pour ça)
  • J’efface quelques éléments si nécessaire (brindilles, toiles d’araignées, ou tâches sur le capteur)
  • J’augmente la netteté (uniquement sur le sujet)

Après, il m’arrive de faire d’autres traitements (saturation, modification des couleurs, etc…) mais ça reste beaucoup plus marginal.

J’espère que ça vous a plu, si vous voulez plus d’explication sur telle ou telle manipulation, je serais ravi de vous éclairer!